L’inhumanité de la gestion "au thermomètre" !

, popularité : 7%

Rien ne s’améliore pour l’hébergement des personnes sans abris. Le dernier baromètre national de la FNARS (association fédérant un grand nombre de CHRS, centres d’hébergement et de réinsertion sociale, comme Tremplin 17 à Royan) livre un nouveau constat sans appel pour le mois de février 2014 : moins d’une demande sur deux faite en appellant le 115 (qui gère les demandes d’hébergement d’urgence) a abouti sur une proposition d’hébergement !
A un mois à peine de la fin de la trève hivernale et de la fermeture des places hivernales dans ces structures d’hébergement d’urgence, tout indique donc que cela va empirer.
A partir du printemps, ceux qui n’ont pas de toit peuvent bien dormir dehors ! Bien sûr, les pouvoirs publics ne le disent pas ainsi (ce serait trop brutal et peut être même que cela provoquerait quelques haussements de sourcils), mais c’est pourtant bien le résultat de cette gestion dite "au thermomètre" qui perdure et que ne cessent de dénoncer la FNARS et d’autres associations. La solution, les pouvoirs publics la connaissent : « Il est urgent de relancer la production de logements très sociaux et la mobilisation du parc privé vacant pour sortir les personnes du système des portes tournantes de l’hébergement précaire » résume la FNARS.

Brèves Toutes les brèves